• Notre-Dame-de-la-Garde - 1853

    Notre-Dame-de-la-Garde - 1853

     


     

    La «bonne Mère» 

    Depuis la fondation de Marseille, il exis­te un poste de vigie sur la colline de 160 m qui domine la mer. En 1218, le pape Honorius III mentionne, parmi les dé­pendances de l’abbaye Saint-Victor, une chapelle de Sainte-Marie-de-la-Garde sur cette même hauteur. Entièrement rebâtie au XVe siècle, consacrée en 1544, la chapelle est enclose dans l’enceinte du fort que François Ier a fait construire en 1524 pour défendre la ville contre son assaillant, le connétable Charles III de Bourbon. Depuis le XVIe siècle, la colline de la Garde reçoit de nombreux visiteurs, souvent illustres, rois, empereurs, mais surtout des pèlerins, particulièrement en périodes de calamités. Pendant la gran­de peste de Marseille (1720-1721), l’évêque, Mgr Belsunce, va quotidiennement dire sa messe à Sainte-Marie-de-la- Garde. La Révolution transforme le fort en pri­son. En 1852, on décide de construire une église sur cet emplacement, tout en conservant la partie la plus ancienne des bâtiments existants. Grâce à une sous­cription patronnée par Pie IX et grâce au produit d’une loterie populaire, les travaux commencent en 1853. Les plans ont été confiés au Nîmois Henri Espé- randieu, collaborateur de Léon Vau- doyer, l’architecte de la cathédrale de Marseille et du palais de Longchamp. A la mort d’Espérandieu, en 1874, son compatriote Révoil lui succède. Le style du sanctuaire est le romano- ou néo-arabo-byzantin, cher aux architec­tes du XIXe siècle. Son plan est basili- cal: une crypte, ici entièrement conquise sur le roc; une église haute à coupole, avec une nef à trois travées; un clocher au porche ouvert de trois côtés comme dans les églises romanes de la vallée du Rhône; à l’intérieur, le blanc du marbre italien, le rouge de celui de Brignoles, le brun du granit corse, le rose du porphy­re de l’Estérel, le vert de la brèche des Alpes composent une symphonie de couleurs.

    Dans le clocher haut de 45 m, on a logé le bourdon: 8234 kg, 2,50 m de hauteur,

    2,40   m de diamètre, la septième cloche de France par la grosseur. Au sommet, on a érigé, en 1870, la statue dorée de la Vierge à l'Enfant. Ce groupe d’Eugène Lequesne, élève de Pradier, a une hau­teur de 10 m et pèse 4500 kg. Le visage de la Vierge mesure, à lui seul, 1,25 m; celui de l’enfant, 0,80 m. A l’intérieur de la statue, un escalier à vis permet de monter dans la tête de la Vierge et de voir la mer par l’ouverture de ses yeux. Depuis 1892, un ascenseur conduit à l’escalier du sanctuaire.

    Consacrée en 1864, avant la fin des tra­vaux, au cours de grandes fêtes, l’église reçoit du pape Léon XIII, en 1879, le titre rare de basilique mineure. Notre-Dame-de-la-Garde fait désormais partie intégrante du paysage marseillais: la vigie et la «bonne Mère» ne font qu’un.

    « Le protestantisme français - 1547-1562

    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :