• Montaigne - 1533-1592

    Montaigne - 1533-1592

    «Que sais-je...?»

    Michel Eyquem, seigneur de Montaigne, naît au château de Montaigne en Péri­gord le 28 février 1533, d’une famille enrichie dans le commerce du pastel et orientée vers les offices de judicature. Grâce à la vigilance de son père, Mon­taigne reçoit une excellente éducation humaniste, faite de latin et de musique. A 6 ans, il entre au collège de Guyenne, à Bordeaux; à 13 ans, il commence son droit à l’université de Toulouse. Conseil­ler à la Cour des aides de Périgueux, puis, en 1557, au parlement de Bor­deaux, il rencontre son fidèle ami La Boétie. Marié en 1565, il a six filles dont une seule survit. A 37 ans, il se démet de ses fonctions; il se retire dans son château de Montaigne où il commence à écrire les Essais. Après huit années de retraite, il voyage à travers l’Europe, recherchant les eaux minérales propres à rétablir sa santé. A Rome, il apprend son élection à la mairie de Bordeaux (1581). Il entretient des contacts suivis avec les puissants; le duc de Montpensier lui confie une pre­mière mission auprès du parlement de Bordeaux; familier d’Henri de Navar­re, qui le nomme gentilhomme de sa chambre, Montaigne lui reste fidèle pendant les troubles de la Ligue. Scs dernières années se passent dans sa «librairie» où il lit, rêve, médite, écrit. En 1580 paraît la première édition des Essais (les deux premiers livres); en 1588 sortent un troisième livre et de nom­breuses additions aux deux premiers. L’édition posthume est réalisée en 1595 par les soins de Mlle de Gournay. Les Essais sont une étude introspective que Montaigne estime valable pour toute l’humanité; il fait son autoportrait physique, intellectuel et moral; il peint ses maladies et incommodités, évoque son attachement aux Anciens, son épi­curisme et son horreur de toute con­trainte; il affirme son scepticisme par la formule: «Que sais-je?». Méditant sur l’inconsistance des choses humaines, il défend — en pleine guerre de religion — la sagesse et la tolérance; pionnier en pédagogie, il préfère «une tête bien faite plutôt qu’une tête bien pleine». C’est l’art plus que la doctrine qui fait le charme des Essais; le récit est empreint de liberté et de nonchalance apparente, varié et coloré, vivant par l’abondance et la qualité des images.

    « La création de l’Académie française - 1635Joinville - Vers 1225-1317 »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :