• Madame Royale - 1778-1851

     

    Madame Royale - 1778-1851

    L’orpheline royale

    Lorsqu’elle naît en 1778, à Versailles, Marie-Thérèse Charlotte, fille de Louis et de Marie-Antoinette, reçoit le surnom de «Madame Royale»; elle le portera toute sa vie, tel un symbole de l’idée monarchique de l’Ancien Régime. Avec ses parents, elle vit les grands moments de la Révolution: les journées des 5 et 6 octobre 1789, lorsque la famille royale est ramenée à Paris, la fuite à Varennes en juin 1791, le 10 août qui marque la déchéance de la royauté. Avec sa famille, elle est enfer­mée à la prison du Temple; elle perd son père et sa mère qui périssent sur l’échafaud; elle est séparée de son frère, le futur Louis XVII.  En juin 1795, le Comité de Salut public essaie de l’échanger contre des Conven­tionnels arrêtés par les Autrichiens en 1793; les tractations sont longues et dif­ficiles, mais finissent par aboutir; le 19 décembre 1795, Madame Royale, âgée de 17 ans, est extraite de la prison du Temple, sur les murs de laquelle elle a écrit: «O mon Dieu, pardonnez à ceux qui ont fait mourir mes parents!» Elle est conduite à Bâle où l’échange a lieu. Dès lors, elle vit avec les émigrés en Allemagne et en Angleterre; en 1799, elle épouse le duc d’Angoulême, fils de son oncle Charles d’Artois, futur Char­les X. Lors de la première Restauration, elle revient en France dans le carrosse du roi Louis XVIII. Lorsque Napoléon, de retour de l’île d’Elbe, débarque à Golfe-Juan, elle tente d’organiser la résis­tance à Bordeaux; elle passe les troupes en revue et veille à la défense de la ville. Elle fait preuve de tant de courage et d’autorité que Napoléon dira d’elle: «C’est le seul homme de la famille (royale)!» Emigrée pendant les Cent- Jours, elle revient, dès la seconde Res­tauration, s’installer aux Tuileries. En 1820, elle est chargée d’éduquer le fils posthume du duc de Berry, le duc de Bordeaux, qui aurait dû régner sous le nom d’Henri V; il mourra en 1883. Madame Royale a un visage et un phy­sique peu agréables; elle n’est guère aimable et son caractère semble s’être aigri au cours des longues et tragiques épreuves qui l’ont accablée. Elle est peu populaire, notamment chez les libéraux, passant pour encourager la famille royale à l’intransigeance. Au moment de la chute de Charles X, en 1830, elle s’exile avec son époux, qui meurt en Elle-même s’éteint à Frohsdorf, en Allemagne, le 19 octobre 1851.

    « La fin du règne de Louis XIV - 1697-1715Louis XVII - 1785-1795 »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :