• Madame de Staël - 1766-1817

    Madame de Staël - 1766-1817

    La première romantique

    Née à Paris le 22 avril 1766, Germaine de Staël est la fille du célèbre Necker, banquier genevois, qui fut ministre des Finances à la veille de la révolution de 1789. Mme Necker tient un salon litté­raire, et Germaine, enfant, y rencontre les célébrités du temps: Marmontel, Buffon, l’Anglais Gibbon, l’Allemand Grimm, l’auteur des fameux contes. En 1786, Germaine épouse l’ambassadeur de Suède en France, le baron de Staël, et, en 1788, elle écrit une étude sur Rousseau. Au moment de la Révolution, elle fait de la politique et soutient les partisans d’une monarchie constitutionnelle à l’anglaise. Effrayée par les massacres de septembre 1792, elle gagne la Suède, puis séjourne à Coppet, en Suisse, dans le château familial. Revenue à Paris après la chute de Robespierre, elle reçoit dans son salon des hommes politiques importants, comme Talleyrand qui obtient, grâce à elle, le titre de ministre des Affaires étrangères. De plus en plus opposée à Bonaparte, elle le combat avec l’appui de son ami intime, l’écrivain Benjamin Constant. En 1800, elle publie De la lit­térature considérée dans ses rapports avec les institutions sociales; elle y exprime sa foi dans le progrès de l’humanité. Deux ans plus tard paraît Delphine, un roman d’amour épistolai- re. Ces ouvrages sont assez critiqués, mais valent à Germaine de Staël une gloire littéraire qui déplaît à Napoléon et à son ministre Fouché. Mme de Staël préfère alors quitter Paris. Elle voyage en Allemagne, séjourne à Weimar où elle fait la connaissance de Goethe et de Schiller. On la retrouve ensuite à Berlin, à la cour de Prusse, puis en Italie. De retour à Coppet, elle y reçoit les lettrés européens et fait paraître un roman d’amour très roman­tique, Corinne ou L’Italie. Malgré l’hos­tilité grandissante de Fouché et de Napoléon, elle publie à Londres, en 1813, De l’Allemagne, qui traite de la philosophie et de la littérature germani­ques et qui aura une influence capitale sur les romantiques français. Déçue par la Restauration et par le roi Louis XVIII, ayant épousé en secondes noces un officier italien, M. de Rocca (son premier mari est mort en 1802), elle se retire à Coppet, mais revient mourir à Paris en 1817, atteinte d’un cancer. Du baron de Staël, elle a eu deux fils et une fille; de celle-ci descend l’actuelle famille de Broglie.

    « Madame de Sévigné - 1626-1696Olivier Messiaen - 1908 »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :