• Le traité de Neuilly - 1919

    Le traité de Neuilly - 1919

    La Bulgarie perd la Macédoine

    Le 5 octobre 1915, séduite par les suc­cès des Empires centraux sur le front russe, la Bulgarie entre en guerre à leurs côtés; on lui promet en échange une grande partie de la Macédoine.

     

    La Serbie se trouve gravement menacée; pour venir en aide à leur Alliée, la France et la Grande-Bretagne décident d’envoyer à Salonique un corps expédi­tionnaire de 80000 hommes; mais cette armée est stoppée par les Bulgares. En juin 1917, la Grèce intervient à son tour, aux côtés des Alliés; ceux-ci dispo­sent alors d’une masse de 550000 hom­mes, où se côtoient Français, Britanni­ques, Italiens, Serbes et Grecs; ils atta­quent le 15 septembre 1918. Le front est aussitôt percé: les Bulgares battent en retraite et, le 29 septembre, doivent signer un armistice. Le 27 novembre 1919, à Neuilly-sur- Seine, le traité de paix est conclu: il est dur pour la Bulgarie, considérée comme une des responsables de la guerre; cependant, le chef du gouvernement de Sofia, Stambolijski, en accepte les clau­ses. La Bulgarie cède à la Grèce la Thrace occidentale, avec le port de Dedeagatch (Alexandroupolis): elle perd ainsi son accès à la mer Egée; elle abandonne la Dobroudja à la Rouma­nie; enfin, les districts macédoniens de Strumica, Tsaribrod (Dimitrovgrad), Timok (Zajeôar) et Bosilegrad (Bosilj- grad) passent à la nouvelle Yougoslavie. Des territoires ethniquement bulgares échappent ainsi à la mère patrie et Sofia n’est plus qu’à 30 km de la frontière. En outre, la Bulgarie doit réduire son armée à 20000 hommes, ses forces de police à 13 000 hommes et ses douaniers à 3000 hommes; elle doit verser 90 millions de livres à titre de réparations. Les Bulgares ressentent amèrement la perte de la Macédoine qu’ils ont acquise par le traité de San Stefano, après des siècles de luttes contre les Serbes; 220000 Macédoniens quittent leur patrie livrée aux Yougoslaves et se réfu­gient en Bulgarie; en 1925, 100000 d’entre eux n’auront pas encore retrouvé un toit. Pendant quelques années, la question macédonienne agite la péninsu­le des Balkans, éternelle poudrière de l’Europe; un groupement de révolution­naires macédoniens, l’ORIM, fomente presque chaque jour des attentats, entraînant des représailles yougoslaves. Après 1926, grâce aux ressources d’un emprunt et à l’aide de la SDN, on peut réinstaller 400000 Bulgares rapatriés de Thrace et de Macédoine. Pendant la Seconde Guerre mondiale, la Bulgarie, alliée de l’Allemagne, récupère la Macédoine, la Thrace et la Dobroud­ja méridionale; mais, en 1945, la paix la ramène à ses limites de Neuilly.

    « La guerre victorieuseLe grand projet de Polignac - 1829 »

    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :