• Le siècle de Louis XIV - 1661 -1711

    Le siècle de Louis XIV - 1661 -1711

    Un extraordinaire foisonnement de talents 

     

    Le règne de Louis XIV est l’une des plus brillantes périodes de la civilisation fran­çaise. Dans les domaines de l’art et de l’esprit, la réussite est éclatante. C’est le mérite du roi de savoir distinguer la valeur et de soutenir la création par un généreux et constant mécénat. Louis XIV a peu de culture intellectuelle, mais le jugement sûr et le goût du grand et du beau. Pour s’assurer de la qualité des œuvres et du respect des règles, il recourt cependant au contrôle de spé­cialistes. Protecteur de l’Académie fran­çaise, il crée des groupes analogues pour la peinture, la sculpture, les inscriptions, l’architecture et les sciences. C’est grâce à la faveur personnelle du souverain que le génie de Molière peut s’épanouir librement et qu’accèdent à la gloire Corneille, Racine, Boileau et même La Fontaine. Louis XIV met Bossuet et Fénelon au premier rang des prédicateurs, nomme Lully grand maître de la musique et Le Brun directeur de la peinture, fournit de commandes et comble d’honneurs le peintre Mignard, le musicien Delalande, les sculpteurs Pierre Puget, Coysevox, Girardon... Malgré l’opposition de Colbert effrayé par le montant des dépenses, les trois grands créateurs de Versailles, Le Vau, Mansart, Le Nôtre, donnent libre cours à leur génie et réalisent, par un chef- d’œuvre, le rêve de majesté et d’unité du Roi-Soleil. Ce dernier, sachant bien que les grandes époques sont celles des grandes constructions, fait édifier non seulement Versailles, le Grand Trianon, Marly, mais aussi, à Paris, le Louvre de Claude Perrault (la colonnade), les Invalides, l’Observatoire, le Val-de- Grâce, les portes Saint-Martin et Saint Denis, les premiers quais de la Seine. Si des artistes français sont envoyés à la Villa Médicis (Académie de France à Rome), fondée par Colbert en 1666, des étrangers sont invités en France et com­blés de biens, tels les architectes et sculpteurs italiens le Bernin et Caffïeri. les astronomes Huygens et Cassini. On fait venir des verriers de Venise, des arti­sans flamands qui travaillent â la manu­facture royale des Gobelins, fondée en Au Jardin du Roi (notre actuel Jardin des Plantes) enseignent les acadé­miciens des sciences, dont le botaniste Pitton de Tournefort. L’impulsion donnée par les artistes et les lettrés les plus célèbres retentit dans tout le pays et influence la production géné­rale. Le classicisme, fait de maîtrise technique, d’unité, d’équilibre et de sobriété, devient le style français par excellence, admiré et imité en Europe. Marqué par la volonté d’un roi, par sa gloire assimilée à celle de l’Etat, le XVIIe siècle mérite bien le nom de siècle de Louis XIV.

    « Ferdinand de Lesseps - 1805-1894L’Aéropostale »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :