• Le château et le musée de Malmaison

    Le château et le musée de Malmaison

    Le musée du Consulat

    En 1796, le général Bonaparte épouse la veuve du général de Beauharnais, Marie-Josèphe Rosé Tascher de La Pagerie, plus connue sous le nom de
    Joséphine. En 1799, celle-ci acquiert la Malmaison, un château ou plus exactement une grande maison de style très sobre construite en 1622.
    Cette demeure est maintenant un haut lieu du souvenir napoléonien et plus précisément du Consulat, le musée de Fontainebleau étant en effet consacré
    à l'Empire.
    Nommé Premier consul, Bonaparte habite aux Tuileries, mais quand ses occupations le lui permettent, il aime venir se reposer à la Malmaison.
    Joséphine, belle, élégante, enjouée, respirant le bonheur, changeant fréquemment de toilette (sa garde-robe est démesurée), règne sur la demeure
    et imprimera sa marque sur le château et sur le parc. Plusieurs salles du rez de- chaussée évoquent quelques-unes de ses occupations : ainsi le salon Doré
    où se trouve le métier à tisser de l'impératrice et le salon de Musique où l'on peut admirer, outre des pièces de mobilier signées Jacob, la
    harpe de Joséphine et le piano de la reine Hortense (fille de Joséphine et d'Alexandre de Beauharnais). Toujours au rez-de-chaussée on découvre
    la salle de billard, la salle à manger et enfin la bibliothèque et la salle du Conseil où l'apparat l'emporte sur la sensibilité : dans cette dernière pièce,
    les architectes ont conçu un décor en forme de tente rehaussé d'emblèmes et d'attributs guerriers. À l'étage, on visite les appartements privés de
    Joséphine (cabinet de toilette, boudoir, chambre d'apparat, chambre ordinaire). Des vêtements, des soieries, d'innombrables bibelots
    (dont le nécessaire de toilette de l'impératrice) sont exposés, ainsi que des aquarelles et des meubles de Jacob. Plusieurs autres salles abritent
    des objets exceptionnels : citons entre autres de très belles porcelaines de Sèvres et la célèbre table d'Austerlitz, en porcelaine et en bronze, ornée de
    médaillons représentant l'Empereur et les maréchaux qui le secondaient à la bataille d'Austerlitz. Dans la salle Marengo, vous découvrirez le fameux
    tableau de David représentant Bonaparte à cheval lors de sa traversée des Alpes, Bonaparte au Grand-Saint- Bernard, ainsi qu'un portrait exécuté
    par Gros. Sont également exposés le glaive et le sabre d'apparat du Premier consul. Même aux heures sombres, Napoléon reviendra à la Malmaison,
    à laquelle Joséphine resta très attachée, jusqu'à sa mort, en 1814 (après son divorce, elle partagera son temps entre la Malmaison et le château de
    Navarre). Il s'y rendra à nouveau à son retour de l'île d'Elbe, et viendra s'y réfugier après la défaite de Waterloo, avant son départ, définitif
    cette fois-ci, pour Sainte-Hélène.

    « La cathédrale de Saint DenisLe musée national de la céramique de Sèvres »

    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :