• Le 9-Thermidor - 27 juillet 1794

    Le 9-Thermidor - 27 juillet 1794

    La mort du «tyran»

    A la fin du printemps de 1794, la Ter­reur instituée par Robespierre paraît devenue inutile. De nombreux membres du Comité de Salut public et du Comité de sûreté générale s’opposent à l’avocat d’Arras qui n’est soutenu que par son frère, par Saint-Just et par Couthon. Robespierre est décidé à envoyer à l’échafaud ses adversaires, notamment certains députés de la Convention qui lui sont hostiles; se sentant menacés, ceux-ci se regroupent autour de Tallien et de Barras. Le 8 thermidor, c’est-à- dire le 26 juillet 1794, Robespierre pro­nonce un grand discours à la tribune de la Convention; il attaque sans les nom­mer «les ennemis de la République». Chacun se croit visé; la voix de Robes­pierre est souvent couverte par les adversaires de la Terreur; ces derniers accusent l’orateur d’aspirer à la dicta­ture. Robespierre quitte alors la Convention et se rend au club des Jacobins où il est acclamé. Le lendemain, le 9 thermidor, Saint-Just reprend les accusations por­tées la veille et donne cette fois des noms. Tallien et ses amis protestent aus­sitôt; ils se tournent vers Robespierre et l’injurient aux cris de: «A bas le tyran». Ils le font arrêter, ainsi que son frère, Saint-Just, Couthon et Lebas. Hanriot, commandant de la garde nationale, et Dumas, président du Tribunal révolu­tionnaire, subissent le même sort. A cette nouvelle, la Commune de Paris s’insurge. Elle fait délivrer les prison­niers qui sont portés en triomphe jus­qu’à l’Hôtel de Ville. La Convention réagit en mettant tous les responsables de la Commune hors la loi. Robespierre hésite à engager la lutte contre l’Assem- blée par crainte de la guerre civile. Bar­ras, à la tête d’une troupe, investit et envahit l’Hôtel de Ville. Le peuple de Paris, lassé des excès de la Terreur, lais­se faire. Robespierre est de nouveau arrêté. A 3 heures du matin, il se tire un coup de pistolet dans la tête, se fracas­sant la mâchoire. Selon d’autres sour­ces, c’est le gendarme Merda qui aurait fait feu. Le lendemain et le surlendemain du 9- Thermidor, c’est-à-dire les 28 et 29 juil­let 1794, Robespierre, vingt et un de ses amis et la plupart des responsables de la Commune sont exécutés, soit une cen­taine de victimes

    « Le mariage de Louis XIV et de Marie-Thérèse d’Autriche - 9 juin 1660Lois et coutumes franques - Ve-VIIIe siècle »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :