• La bataille de Leipzig - 16-19 octobre 1813

    La bataille de Leipzig - 16-19 octobre 1813

    La «bataille des Nations»

    La bataille de Leipzig, qu’on a surnom­mée la «bataille des Nations» puis­qu’elle a mis aux prises Français, Prus­siens, Autrichiens, Russes et Suédois, se déroule entre le 16 et le 19 octobre 1813. Du côté des Alliés, Blücher commande les Prussiens, Schwarzenberg les Autri­chiens, et Bennigsen les Russes. Ces trois armées réunissent 550000 hom­mes. Le maréchal Bernadotte, qui a lâ­ché Napoléon, apporte le concours de ses Suédois. Au cours de l’automne, les Français ont subi de nombreux revers: Oudinot a été battu à Katzbach, Macdonald à Gross Beeren, et Ney à Dennewitz. La Grande Armée se réduit alors à 200000 hommes acculés à l’Elster. Se­lon sa tactique bien connue, Napoléon cherche à battre séparément Schwar­zenberg et Blücher avant leur jonc­tion. L’opération semble réussir le 16 octobre: le centre autrichien est enfoncé et le tsar, tenant la bataille pour perdue, songe à la retraite. Mais Macdonald, chargé d’envelopper l’armée autrichien­ne, manœuvre trop lentement, ce qui empêche la destruction complète de ses adversaires.Le 17, Napoléon envisage un repli sur Erfurt, tout en maintenant une tac­tique offensive et il inflige effectivement de grosses pertes à l’ennemi. Mais, durant la nuit du 17 au 18 octobre, la défection des Wurtembergeois et des Saxons précipite sa défaite et marque la fin de la bataille. En effet, l’armée française est épuisée par deux jours de bataille ininterrompue, handicapée aussi par son infériorité numérique et la pénurie de vivres et de munitions. Le 19 au matin, elle franchit l’Elster en bon ordre, mais l’arrière- garde, forte de 18000 hommes et com­mandée par le maréchal Poniatowski, ne peut la suivre, car un caporal affolé a fait sauter le pont prématurément. Poniatowski et beaucoup de ses hom­mes se noient en tentant une traversée à la nage. Tout retour offensif est désormais inter­dit à l’armée française. Napoléon aura beau dire: «Si, à Leipzig, j’avais eu 30000 coups de canon le 18 au soir, je serais aujourd’hui le maître du monde», sa défaite scelle le sort de l’Empire.

    « La bataille de Mentana - 1 novembre 1867La bataille de Quiberon - 27 juin 1795 »

    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :