• L’art du vitrail au Moyen Age - XIIe -XIVe siècle

    L’art du vitrail au Moyen Age - XIIe -XIVe siècle

    Le pur témoin d'une grande époque

    L’art du vitrail atteint sa perfection au Moyen Age, tout particulièrement au XIIIe siècle. Un vitrail se compose d’un grand nom­bre de morceaux de verre, de taille et d’épaisseur variables, colorés dans la masse par des oxydes métalliques ou peints avant d’être cuits. Ces morceaux sont disposés de façon à former une image d’après un dessin initial. Ils sont ensuite sertis dans du plomb qui assure la cohésion de l’ensemble et souligne les contours. Dès l’époque mérovingienne, les textes évoquent la présence de verres colorés dans les sanctuaires. Les véritables vitraux apparaissent aux IXe et Xe siè­cles. Toutefois, les plus anciens qui aient été conservés ne sont pas antérieurs au milieu du XIIe siècle («Notre-Dame de la Belle Verrière», à Chartres). Ils se dis­tinguent par la limpidité de leurs rouges et de leurs bleus. On peut les voir aussi à Saint-Denis. Ils deviennent plus nom­breux dès la seconde moitié du XIIe siè­cle. Ceux du Mans, d’Angers, de Poi­tiers, de Châlons-sur-Marne, par leur dé­coration luxueuse inspirée de l’orfèvre­rie, s’opposent à la nudité délibérée des vitrages cisterciens (Beaulieu, Pontigny), dont le seul ornement est la géo­métrie des plombs. Au XIIIe siècle, les vitraux couvrent des surfaces de plus en plus grandes. Leur décor varie selon leur emplacement. Alors que les fenêtres hautes ne présen­tent que de grands personnages traités dans un style monumental, dans les fenêtres des bas-côtés et du déambula­toire, plus visibles, se multiplient les mé­daillons historiés. Le dessin évolue pro­gressivement vers un plus grand réalis­me, surtout dans les médaillons, dont bien des scènes s’inspirent de la vie quo­tidienne des contemporains. La cathédrale de Chartres conserve l’ensemble le plus important et le plus ancien, datant, pour l’essentiel, des années 1200 à 1230. Chartres sert ensuite de modèle aux verrières de Bour­ges, de Rouen, de Sens, de Poitiers, etc. A leur tour, les ateliers parisiens devien­nent célèbres après avoir réalisé, entre 1243 et 1248, le magnifique ensemble de la Sainte-Chapelle, imité à Tours, au Mans, puis en Normandie. A partir du milieu du XIIIe siècle appa­raît, sans doute à Saint-Urbain de Troyes, un style nouveau, beaucoup plus lumineux grâce à l’usage, sur du verre blanc, d’une peinture spéciale, appelée «grisaille», grâce aussi à l’emploi de teintes plus claires ou plus vives. Ce type de vitrail gagne la Nor­mandie par Evreux, mais aussi le Midi (Narbonne). A la fin du XIVe siècle, son élégance cède à une sorte de maniérisme qui suscite, notamment à Rouen, une réaction réaliste. Toutefois, en cette fin du Moyen Age, on n’atteint jamais la perfection des œuvres du XIIIe siècle, qui demeure le grand moment de l’art du vitrail.

    « Antoine de Saint-Exupéry - 1900-1944Sarah Bernhardt - 1844-1923 »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :