• L’affaire Chalais - 1626

    L’affaire Chalais - 1626

    Une exécution pour l'exemple

    En 1626, Louis XIII étant sans descen­dance (Louis XIV ne naîtra que douze ans plus tard), l’héritier du trône est Gaston, dit «Monsieur», frère cadet du roi, un adolescent de 18 ans. Pour assurer la continuité de la dynastie, Richelieu presse le mariage du jeune prince avec Marie de Montpensier. Les ennemis du cardinal, Condé, Soissons, Anne d’Autriche et son amie intime Marie de Rohan, duchesse de Chevreuse, sont opposés à cette union: «Mon­sieur» doit rester libre pour épouser sa belle-sœur, au cas où Louis XIII, de santé débile, disparaîtrait. Gaston, in­fluencé par son gouverneur, le maré­chal d'Ornano, partage cette opinion. Il faut donc se débarrasser de Richelieu. Un complot s’organise, mené par d’Ornano, et dans lequel on attire les deux bâtards d’Henri IV, César et Alexandre de Vendôme. Alertés par les agissements imprudents de d’Ornano, Louis XIII et son ministre font arrêter le maréchal le 3 mai 1626. Poussé par ses familiers, Gaston, décidé à agir et à se venger, accepte un projet d’attentat contre Richelieu. L’assassin désigné est le tendre ami de la duchesse de Chevreuse, un jeune homme de 27 ans, bril­lant duelliste, Henri de Talleyrand, comte de Chalais, maître de la garde- robe du roi. Au dernier moment, il recu­le et va mettre le cardinal au courant de la conjuration. Devant la colère de Louis XIII, Gaston se soumet et jure, le 31 mai, fidélité à son aîné. Condé, habi­lement, fait de même; les deux Vendôme sont enfermés au donjon de Vincennes; Richelieu fait grâce à Chalais à condition que ce dernier serve ses desseins auprès de «Monsieur». Celui-ci, pas plus que Chalais, ne tient sa promesse; tous deux reprennent la cabale où ils l’ont laissée; Chalais, follement épris de Marie de Chevreuse, est retombé entre ses mains. Brave mais naïf, il imagine pouvoir jouer un double jeu. Trahi par un de ses amis, Roger de Gramont, il est arrêté le 8 juillet à Nantes, où la cour s’est rendue. Gaston tente de prendre la fuite, mais toutes les routes sont bar­rées; il renouvelle sa soumission. Au cours d’un sévère interrogatoire de Louis XIII, il avoue tout, abandonne et même charge ses amis, Ornano, Ven­dôme et, surtout, Chalais. Il accepte le mariage Montpensier et reçoit en ré­compense le duché d’Orléans et plus de 500000 livres de rentes. De son côté, Chalais, en prison, fait des révélations qui laissent soupçonner une certaine complicité de la part de la reine Anne. C’est atteindre directement Louis XIII qui va rester inflexible devant les suppli­cations nombreuses qu’on lui adresse pour la grâce de Chalais. Richelieu esti­me que la raison d’Etat exige l’écrase­ment de toute rébellion. Les princes du sang étant intouchables, la duchesse de Chevreuse s’étant enfuie en Lorraine, c’est Chalais qui est inculpé, jugé par un tribunal exceptionnel et condamné pour crime de lèse-majesté; il est décapité à Nantes, le 19 août 1626.

    « La ConventionLe mariage de Louis XIV et de Marie-Thérèse d’Autriche - 9 juin 1660 »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :