• Jeanne d’Arc - 1412-1431

    Jeanne d’Arc - 1412-1431

    «Messire Dieu premier servi»

    Singulière destinée que celle de Jeanne d’Arc, cette petite paysanne illettrée qui s'impose brusquement comme chef de guerre et marque profondément l’histoi­re politique et militaire de son pays. Elle naît vers 1412 à Domrémy, petit village de Lorraine, d’une famille de cul­tivateurs aisés. La France est alors plon­gée dans la guerre de Cent Ans, une suite d’atroces luttes civiles et étrangè­res. Le roi d’Angleterre, aidé des Bour­guignons, occupe la plus grande partie du pays et revendique la couronne. Le dauphin de France, prive de ses droits, est retiré à Bourges. A Domrémy, lieu de passage très fré­quenté, Jeanne grandit, consciente, comme ses proches, de cette misère et de cette injustice. Extrêmement pieuse, elle croit entendre, vers l’âge de 13 ans, des voix célestes qui lui demandent d’aller au secours de sa patrie. Avec pei­ne, elle obtient l’appui de Robert de Baudricourt, représentant royal, qui accepte de la conduire à Chinon, auprès du dauphin Charles. Bien qu’elle ne l’ait jamais vu, Jeanne reconnaît immédiatement le jeune prin­ce; celui-ci, troublé, lui fait confiance. Pour le faire couronner, Jeanne veut le conduire à Reims: elle lui en ouvre la route, après avoir délivré Orléans assié­gée par les Anglais. Le 17 juillet 1429, en la cathédrale Saint-Remy,CharlesVII est sacré roi. Dès lors, la fortune semble se détourner de la Pucelle; malgré l’avis du roi, elle veut conquérir Paris, mais elle échoue; au printemps de 1430, devant Compiègne, elle tombe aux mains des Bourgui­gnons. Sur les instances de l’Université de Paris, qui la tient pour hérétique, Jeanne est livrée à Pierre Cauchon, évêque de Beauvais, qui instruit son procès; ce dernier s’ouvre le 9 janvier 1431. On accuse Jeanne de sorcellerie; mais elle confond ses accusateurs et, malgré une rétractation extorquée par ruse, réaffir­me sa confiance en «ses voix». Con­damnée alors comme relapse, elle est brûlée sur la place du Vieux-Marché, à Rouen, le 30 mai 1431. Mais un nouveau procès la réhabilite en 1456; depuis, elle devient pour tous les Français une héroïne nationale; les Anglais eux-mêmes lui rendent homma­ge. Elle est béatifiée en 1909 et canoni­sée en 1920; la même année, le Parle­ment français décrète une fête nationale en son honneur. Grâce à Jeanne d’Arc, la France, n’ayant pas été absorbée par l’Angleter­re, a conservé sa personnalité latine et catholique. La Pucelle symbolise donc à juste titre, encore aujourd’hui, l’âme française.

    « La conquête de l’Afrique française - 1881-1902La prise d’Orléans par Jeanne d’Arc - 1429 »

    Tags Tags : , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :