• François 1er - un prince de la renaissance

    François Ier, prince de la Renaissance - 1494-1547

    L ’alliance de la force et de l'urbanité

     

    Fils de Charles d'Angoulême et de Loui­se de Savoie, François Ier naît à Cognac le 12 septembre 1494. Comme sa sœur Marguerite, il reçoit une excellente for­mation humaniste. Gendre de Louis XII, il lui succède sur le trône en 1515. La société d’alors est en pleine muta­tion, et François Ier, personnage sédui­sant, aimant la vie sous toutes ses for­mes, en sera l’une des figures dominan­tes. A la fois homme d’Etat, chef de guerre et mécène, il symbolise parfaite­ment le prince de la Renaissance. Sous son règne, le prestige du pouvoir royal s’affirme, premier signe du caractère moderne du XVIe siècle.Homme de guerre, François Ier rempor­te sur les Suisses, en 1515, la célèbre victoire de Marignan; peu après, il signe à Bologne un concordat qui lui permet de contrôler l’Eglise de France. La Réforme naissante commence à pénétrer les consciences; l’opinion publique soutient donc son roi luttant contre Charles Quint; elle s’émerveille devant des épisodes épiques, comme l’entrevue du Camp du Drap d’or avec Henri VIII, la mort de Bayard face au connétable de Bourbon, l’entrée des Turcs à Toulon.Mais l’audace des réformateurs ne tarde pas à éveiller la méfiance de François Ier; P«affaire des placards» consomme sa rupture avec eux; il laisse la Sorbon- ne sévir contre certains tenants des idées nouvelles ou contre ceux qui, comme Rabelais, chansonnent trop ouverte­ment les institutions ecclésiastiques; il affirme surtout la loyauté de la couron­ne de France envers la foi catholique. Roi mécène, François Ier comprend l’importance des lettres et des arts pour la gloire de son règne, comme en té­moignent la fondation du Collège des lec­teurs royaux, futur Collège de France, l’amitié du prince avec Léonard de Vin­ci, la construction des châteaux de Chambord, de Chenonceaux, d’Azay- le-Rideau, l’essor de l’école de Fontaine­bleau, la reconstruction du Louvre. Les humanistes et les fervents amis de l’Antiquité trouveront en lui le plus intel­ligent et le plus raffiné des protecteurs. François Ier laisse l’image d’un «Roi- Chevalier», auquel la France doit son ouverture vers un brillant renouveau culturel.

    « Charlemagne - 742-814Gabrielle d’Estrées - 1573-1599 »

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :