• Edith Piaf - 1915-1963

    Edith Piaf - 1915-1963

    Cendre et diamant

    Fille d’un acrobate de trottoir et d’une artiste lyrique de Belleville, Edith Giovanna Gassion est élevée par sa grand- mère paternelle qui tient une maison close à Bernay (Eure). Dès l’âge de 7 ans, elle est la partenaire de son père. Elle chante pour soutenir ses tours de bateleur et fait la quête. Entre 15 et 20 ans, elle mène à Pigalle une vie errante et trouble. En octobre 1935, Louis Leplée, patron du cabaret Le Gerny’s, frappé par la voix puissante de cette petite chanteuse des rues, l’engage, la lance, la baptise la «Môme Piaf». A la mort de Leplée, en 1936, Edith est encore une fois sauvée par une rencon­tre. Raymond Asso lui enseigne sérieu­sement son métier, lui donne l’éducation qui lui manque. Il écrit pour elle ses pre­miers succès, Le Fanion de la Légion, Je n’en connais pas la fin, C’est lui que mon cœur a choisi, mis en musique par Marguerite Monnot dont le talent mu­sical complète admirablement celui d’Edith Piaf. La fidélité et la gentillesse de la musicienne aident au succès de la chanteuse. Le premier triomphe d’Edith Piaf (Asso a supprimé la «môme») date de 1937, à TA.B.C. Elle a les honneurs de la cri­tique littéraire et Jean Cocteau écrit pour elle Le Bel Indifférent qu’elle joue­ra aux Bouffes-Parisiens avec Paul Meurisse au début de 1940. En 1941, elle tourne son premier film, Montmartre-sur-Seine, avec Jean-Louis Barrault. D’autres paroliers travaillent pour elle: Michel Emer, Henri Contet (C’est merveilleux, Bravo pour le clown, Y a pas de printemps). Mais Edith elle- même se met à écrire; sa première chan­son, La Vie en rose, date de 1945. Pour Yves Montand qu’elle lance, elle écrit Elle a des yeux et Mais qu’est-ce que j’ai donc tant à l’aimer. Elle enregistre avec les Compagnons de la chanson (1946), part en tournée aux Etats-Unis en 1947. Entre 1947 et 1949, Edith connaît le grand amour avec Marcel Cerdan. C’est à sa mémoire qu’elle écrit, après la mort brutale du boxeur, L’Hymne à l’amour. En 1951, à la suite d’un grave accident de voiture, Edith Piaf prend l’habitude de la drogue et sa santé se détériore. En 1952, elle épouse le chanteur Jacques Pills. Elle divorce en 1956, année qui est aussi celle de son triomphe à l’A.B.C. avec La Foule et Les Amants d’un jour. Elle renouvelle ce succès en 1958, puis en 1960 avec Je ne regrette rien. A 47 ans, en 1962, Edith Piaf épouse un chanteur grec de 26 ans, Théophanis Lamboukas (Théo Sarapo), qu’elle lan­ce. Elle meurt à Cannes, le 11 octobre 1963, le même jour que Jean Cocteau.

    « Maurice Barrés - 1862-1923Boileau - 1636-1711 »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :