• Berthollet - 1748-1822

    Berthollet - 1748-1822

    Un pionnier de la science moderne

     

    Berthollet naît en 1748 à Annecy, en Savoie. Il fait des études à Turin, puis à Paris où il rencontre le célèbre médecin Tronchin qui soigne le duc d’Orléans. Grâce à cette protection, Berthollet peut travailler dans les laboratoires du duc, au Palais-Royal. Il se spécialise dans la chimie et fait une découverte capitale en matière de teinture des tissus: l’acide muriatique oxygéné, dont les propriétés décolorantes permettent de faire blan­chir une toile avant de la traiter. Il s’associe au savant Monge et, sous la Révolution française, travaille sur les chlorates et le salpêtre; il découvre ainsi de nouveaux explosifs pour l’armée. Avec Lavoisier, Fourcroy et Guyton de Morveau, il contribue à édifier une nomenclature chimique rationnelle. Il énonce les lois dites «de Berthollet» sur la double décomposition des sels, acides et bases, dans son ouvrage, Essai de statique chimique, qui paraît en 1803. Grâce à ses recherches, Berthollet accè­de aux honneurs: professeur à l’Ecole normale, il participe à la création de l’Ecole polytechnique, où il enseigne la chimie. Devenu membre de l’institut, il est chargé par Bonaparte de diriger la réparation des tableaux réquisitionnés en Italie. Puis, avec Monge, il accompagne Napo­léon Bonaparte en Egypte. En 1798, il travaille sur la soude à partir du carbo­nate découvert en Libye. Il contribue aussi à mettre à jour les vestiges archéo­logiques du canal des deux mers; puis il rentre en France. En 1805, il est administrateur des mon­naies; Napoléon le fait comte d’Empire. Avec Laplace, Gay-Lussac, Arago et Chaptal, Berthollet fonde la Société scientifique d’Arcueil et consacre tous ses revenus à ses recherches scientifi­ques. Mais les malversations de son fils le ruinent. Napoléon, reconnaissant ses services, lui verse une pension. En dépit de la protection de l’Empereur et de son amitié, Berthollet a l’ingrati­tude de voter sa déchéance le 2 avril C’est là l’unique faiblesse de ce grand savant dont les découvertes, avec celles de Lavoisier, annoncent l’essor des sciences au XIXe et au XXe siècle.

    « L’invention de la photographie - 1827Georges Cuvier - 1769-1832 »

    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :